loader image

La Route des Chefferies est une association unique en Afrique subsahérienne, qui oeuvre depuis une vingtaine d’années pour la sauvegarde et la valoraisation du patrimoine culturel, naturel et créatif du Cameroun.

Articles récents

    Sorry, no posts matched your criteria.

(+237) 693692300
Cameroun, nouvelle Préfecture - Bafoussam
contact@routedeschefferies.com
Image Alt

Première saison culturelle du Cameroun

Accueil » International » Première saison culturelle du Cameroun

La Saison culturelle du Cameroun est une initiative créée par la Route des Chefferies et portée annuellement avec de nombreux partenaires. La première édition s’est tenue en 2022, à Paris, d’Avril à juillet, autour de lieux et d’évènements forts. Le but de ce concept de saison culturelle est de mettre en lumière tous les talents et la créativité du Cameroun aux yeux d’un public international, en intégrant l’aspect traditionnel. La Saison culturelle du Cameroun propose des activités pluridisciplinaires, orientées autour des questions d’ICC et de patrimoine, que l’on retrouve lors de : journées économiques, à travers le spectacle vivant riche et varié, mais aussi via des expositions temporaires, et des évènements à caractère fort tel que la Nuit des Chefferies.

La première édition : la saison culturelle du Cameroun à Paris, avril à Juillet 2022

D’avril à juillet 2022, la Route des Chefferies a organisé la première saison culturelle du Cameroun à Paris. Une saison placée sous le signe de la découverte du Cameroun, de sa culture et de ses talents. Cette première édition a été marquée à la fois par de grands temps forts culturels (exposition Route des Chefferies, parade des Civilisations, nuit des chefferies) et par des évènements qui les ont implémentés (masterclass de Djaïli Amadou Amal, mais aussi journées économiques). Salué par tous, cette grande saison a rempli ses objectifs de faire découvrir d’une manière nouvelle le Cameroun à un public international et à sa diaspora. Revenons en détail sur ces temps forts et évènements.

L’exposition en résumé et en chiffres :

  • Plus de 100 000 visiteurs à l’exposition « Sur la Route des Chefferies du Cameroun. Du visible à l’invisible » 
  • 20 spectacles organisés pendant toute la saison 
  • 5 conférences organisées 
  • Plus de 50 artistes venus du Cameroun pour l’occasion 
  • plus de 100 autorités traditionnelles venues de tout le Cameroun pour participer à la saison
  • plus de 20 personnalités ont participé aux évènements 

L’exposition et autour de l’Exposition, des évènements organisés avec le musée du quai Branly

L’exposition, présentée durant 4 mois, a accueilli plus de 100 000 visiteurs. Autour de cette dernière ont été organisés de nombreux évènement pour présenter le Cameroun différemment. D’abord des journées escales, dédiées à une chefferie en particulier afin de faire découvrir plus en détail les spécificités de cette dernière, ont été organisées à trois reprises. Ont ainsi été mis à l’honneur les chefferies Foto, Fondjomekwet et Bazou. Cette exposition a également été l’occasion de faire se faire rencontrer les deux exemplaires du masque Tukah, dont un est utilisé dans la chefferie Bamendou, et l’autre actuellement conservé au Louvre. Cette rencontre a été un moment historique et unique dans le monde patrimonial.

D’autres évènements temporaires ont pris part à la programmation autour de l’exposition : une conférence sur la bande dessinée au Cameroun, sur le Ndop, un cycle de Cinéma organisé par Jean Pierre Bekolo etc. L’idée étant de présenter plusieurs pans du Cameroun, pas uniquement sur des aspects patrimoniaux et ne ciblant plus spécifiquement les Grassfields.

Le spectacle vivant au cœur de la saison : du musée du quai Branly au Focus Cameroun au théâtre de la ville de Paris

Blick Bassy, un artiste pluridisciplinaire

La carte blanche octroyée par le musée du quai Branly à Blick Bassy à permis d’avoir accès à une proposition artistique riche et variée, présentée de mai à juin 2022 par l’artiste. Pluridisciplinaire lui-même, il s’est entouré d’autres artistes camerounais et africains pour sa programmation. La Danse avec le fabuleux spectacle Bikutsi 3000 – actuellement présenté dans d’autres coins du monde -, la musique avec son propre spectacle et la valorisation des artistes féminines africaines (Kareyce Fotso, Poundo, Ami Yeremolo), mais aussi la valorisation des instruments conservés par le musée du quai Branly, la création d’une berceuse contemporaine et le récit chanté de l’histoire de l’indépendance sont les propositions qu’il a présenté. Le succès a été tel que Bikutsi 3000 a été complet les trois soirs où il a été programmé.

Le focus Cameroun et ses artistes

En partenariat direct avec l’Institut Français du Cameroun et le théâtre de la ville de Paris, a été organisé un « Focus Cameroun » sur quatre jours dans un théâtre au cœur des champs Elysées. Plus de quarante artistes ont fait le déplacement pour une programmation riche autour de plusieurs performances : danses avec Agathe Djokam, musique avec plusieurs artistes dont Lydol et Myname mais aussi le tenor Jacques Greg Belobo, des défilés de mode de jeunes créateurs, des rencontres avec des chefs et personnalités, des contes, des performances avec Keulion, des spectacle avec les marionnettes géantes etc. La richesse de la programmation a rempli le théâtre de la ville de Paris. Le focus a aussi découvert les chefferies lors d’un rassemblement costumé, où les communautés ont défilé, où les Géants du Mboa ont performé, devant des chefs de tout le Cameroun.

La Nuit des Chefferies au Théâtre de la Ville de Paris

Concept développé par la Route des Chefferies, cette nuit des chefferies a été dédié aux autorités traditionnelles du Cameroun. Présentée dans la grande salle du théâtre, elle consistait à valoriser l’art et la culture traditionnelle du pays. À la suite d’une résidence de création organisée à Yaoundé, de jeunes stylistes camerounais ont présenté leurs collections sur le thème des costumes traditionnels du pays. Puis, le ballet de la diaspora camerounaise a présenté un spectacle original, créé pour l’occasion, avec plus de vingt danses traditionnelles du pays.

Conférences autour du patrimoine, masterclass et rencontres

Un cycle de conférence a été organisé pendant la saison, portant principalement sur le patrimoine, sa découverte et la réflexion autour de cette thématique. « Le sacré » avec le Docteur Philippe Charlier par exemple a mis en valeur les travaux qu’il mène à Bapa. Une journée a également été consacrée à la rencontre des deux masques Tukah et à une conférence sur ce masque emblématique des Bamendou.

Une journée de conférence a cloturé ce cycle le 8 juillet et a été organisée autour de la thématique « Patrimoine et développement » sur deux demi-journées. La matinée a permis l’intervention de représentants du ministère de la culture en France, de l’Institut Français, de l’AFD, mais aussi de l’ICESCO et du musée du quai Branly. Le ministre des Sports, chef traditionnel, est aussi intervenu pour parler de l’importance du musée de l’Eau (renvoi vers la page associée) dans le développement de la chefferie Bonanja Siga Bonjo.  L’après midi était consacrée à l’importance des femmes dans le développement du Cameroun. Organisée avec le RIPREM, cette conférence a accueilli la ministre Célestine Ketcha Courtès, Ségolène Royal, et de nombreuses intervenantes jouant un rôle majeur au Cameroun. 

Cette saison, sous le signe de la découverte, a aussi été un moyen d’échanger. Un dialogue entre les chefs traditionnels et la diaspora a été organisé. Djaïli Amadou Amal a, quant à elle, fait une masterclass pour parler de son parcours et de ses combats avec de nombreuses femmes présentes pour s’en inspirer.

Les journées économiques (JEC)

Du 5 au 8 juillet 2022, ont été organisées les journées économiques du Cameroun à Paris conjointement à l’ambassade du Cameroun à Paris et au sein de OnePoint, un partenaire de la Route des Chefferies. Durant quatre demies-journées, ont été évoquées les possibilités d’investissement au Cameroun, notamment dans le secteur du patrimoine et des ICC. La présence de nombreux acteurs économiques a permis des échanges riches et variés. Notons par exemple le Feicom, le CVUC, les maires de Douala, Bafoussam, ou Mbouda, le président de la région de l’Ouest, mais aussi l’AFD. Ces échanges ont contribué à renforcer les liens entre la diaspora et les acteurs de terrain.